La couverture des catastrophes naturelles : le soutien de l’assurance tous risques

catastrophes naturelles

Publié le : 26 août 20238 mins de lecture

La dégradation de l’environnement, sur tous les plans, est à l’origine d’incidents incontrôlables, dont les conséquences peuvent être désastreuses. Les changements climatiques sont les principales raisons de ces phénomènes qui provoquent des catastrophes naturelles. La meilleure façon d’y faire face est de prendre les mesures nécessaires, dont la souscription à la couverture adéquate. Normalement, cette garantie est déjà incluse dans les contrats d’assurance habitation. En cas de doute sur l’indemnisation et la limite de la souscription, l’intéressé ne doit pas hésiter à contacter l’agent qui se charge de leur dossier. Cette police concerne uniquement la résidence et les biens, mais les véhicules ne sont pas compris. Dans ce contexte, cette souscription ne suffit pas aux propriétaires de voiture ou de deux-roues. Pour bénéficier d’une meilleure protection, les garanties tous risques sont à privilégier au moment de choisir la couverture pour les véhicules.

Garantie tous risques, l’option adéquate pour une bonne couverture

À l’évidence, les usagers optent automatiquement pour la formule prenant en charge les catastrophes naturelles pour se protéger en cas d’incidents malencontreux provoqués par la météo. Elle ne fait pas partie des garanties obligatoires imposées par l’État, mais elle est fortement recommandée compte tenu du changement climatique et des événements qui peuvent survenir, ne serait-ce que la canicule qui sévit à chaque été. Les formules multirisques habitation incluent déjà cette police et concernent les mobiliers et les bâtiments. Une garantie contre les intempéries peut être contractée pour les voitures. Toutefois, son application n’est possible que si seulement, l’usager a souscrit une police le protégeant des dommages (bris de glace, collision, incendie ou autre). Au vu de ces conditions, le contrat tous risques convient le mieux. Cette formule est la plus complète et permet de bénéficier de la prise en charge des différents incidents. Les avantages de l’assurance tous risques, en cas de catastrophes naturelles, sont nombreux, ils dépendent généralement de la compagnie. L’usager n’a plus à se soucier de savoir si les garanties conviennent ou non, puisque tout est déjà inclus dans un seul contrat. La réparation des dommages causés par les intempéries relève de l’assureur. Néanmoins, elle n’est effective que lorsque l’état de catastrophe naturelle est déclaré par un arrêté interministériel.

Au-delà du contrat classique de la garantie catastrophes naturelles

La cotisation à verser pour les garanties tous risques est assez élevée et coûte cher. L’usager a la possibilité de choisir une formule intermédiaire permettant de le protéger en cas d’intempéries. Habituellement, la garantie catastrophe naturelle fait partie des produits des différentes compagnies, comme les assurances proposées par lolivier.fr. Les souscriptions mises en avant par ces enseignes ne sont pas toujours les mêmes, des particularités existent, raison pour laquelle l’usager ne doit pas hésiter à demander davantage de précisions à son assureur.
Dans tous les cas, des différences existent entre les deux souscriptions tous risques et intermédiaires. La connaissance des limites de la seconde permet de mieux apprécier la praticité et les avantages de la première. Justement, quelques détails sont donnés concernant la garantie intermédiaire.

  • D’une manière générale, les souscripteurs victimes d’une destruction partielle ou totale de leur demeure ne bénéficient pas d’un frais de relogement. Toutefois, des exceptions existent chez certains assureurs. Il est préférable de se mettre en contact directement avec le professionnel pour savoir si cette prise en charge existe ou non.
  • Les sinistres causés par le vent relèvent de la garantie tempête.
  • Le régime légal qui encadre la formule catastrophe naturelle ne s’applique pas aux collectivités et régions d’Outre-mer, et encore moins aux principautés de Monaco et d’Andorre.
  • Seuls les biens et matériels couverts, mentionnés clairement dans le contrat, sont pris en charge.
  • Concernant les multirisques habitation qui incluent la couverture en cas d’intempéries, une franchise reste à la charge de l’assuré. Le montant légal est fixé à 380 € pour les logements, cette somme peut aller jusqu’à 1 520 € en cas de sinistres causés par une réhydratation des sols ou par une sécheresse. Particulièrement pour les biens et les locaux professionnels, il est évalué à 10 % de la valeur des dommages, mais ne peut pas être inférieur à 1 140 € (montant minimum accepté).
  • La réparation des dommages causés aux véhicules est du recours de l’assureur de l’automobile, selon la formule souscrite.
  • L’indemnisation des sinistres causés aux personnes physiques n’est possible que pour celles qui ont contracté une garantie protégeant des accidents.

Déclaration des sinistres en cas d’intempéries

Avant la souscription auprès d’un assureur, l’usager doit obtenir le maximum d’informations sur la formule qu’il va sélectionner. Pour une voiture non assurée, l’idéal est d’opter pour la garantie tous risques ou, à la rigueur, de signer un contrat pour une police intermédiaire.
En cas de survenue d’intempéries, si l’état de catastrophe naturelle est confirmé, la déclaration est à envoyer immédiatement à la compagnie afin de bénéficier d’une prise en charge. Le délai accordé est de 30 jours, mais pour éviter les éventuels problèmes, il est préférable d’entamer immédiatement les procédures. Elle est à expédier par voie recommandée, avec accusé de réception. Sinon, l’intéressé doit garder une copie de ce document, si jamais le courtier ou l’agent de la compagnie lui demande d’en fournir. Normalement, la déclaration doit contenir les éléments suivants :

  • le nom et le prénom de l’adhérent ;
  • ses coordonnées ;
  • les détails sur le sinistre (le lieu, l’heure, la date et la nature) ;
  • les informations sur les autres victimes (s’ils existent) ;
  • les préjudices causés aux tiers ;
  • la liste des biens endommagés ou perdus, avec les justificatifs nécessaires.

Que ce soit pour une assurance multirisques habitation, tous risques ou intermédiaires (catastrophes naturelles), cette démarche doit être respectée. Les victimes peuvent procéder immédiatement à la réparation, sans attendre le verdict de l’assureur. Dans une telle situation, les factures relatives aux matériaux achetés et aux services reçus doivent être conservées, pareillement pour les biens endommagés. En aucune manière, l’usager ne peut les jeter, car ils servent de preuve et sont indispensables lors de l’expertise.


Plan du site