L’assurance maladie verse une prime à ses clients

Un nouveau monde de soins de santé :

une compagnie d’assurance maladie américaine fait enregistrer les données relatives à la condition physique de ses clients et verse une prime à tous ceux qui réussissent leur programme d’entraînement.

La révolution des soins de santé se porte sur le corps :

les “Wearables”, bracelets de fitness et montres intelligentes, transforment les assurés en patients transparents. À New York, un assureur maladie collecte déjà les données de ses clients de cette manière et paie des primes pour maintenir les gens en bonne santé. Les médias américains sont ravis, le New York Times prédisant les prochains Spotify, Uber ou Airbnb. Enregistrer des données et récompenser le zèle de la formation, est-ce à cela que ressemblera l’assurance maladie de demain ?

“Nous sommes Oscar, une nouvelle façon de fournir des soins de santé” figure actuellement sur les panneaux d’affichage qui monopolisent le système de métro de New York. Oscar Health est une start-up de Manhattan et est considérée comme une grande promesse technologique sur le marché des assurances. L’entreprise veut secouer le marché de la même manière que l’agent de services de conduite Uber ou le portail de colocation Airbnb le fait pour le secteur des taxis et de l’hôtellerie. Oscar se présente également comme un destructeur créatif avec une touche hipster : blog d’entreprise, application fantaisiste, large présence dans les médias sociaux et argent de la Silicon Valley.

Le fondateur de l’entreprise, Josh Kushner, 29 ans, veut se démarquer du reste de l’industrie, qui est désapprouvée pour son inefficacité et sa cupidité. “Beaucoup de gens dans cette industrie sont tout simplement mauvais”, a déclaré récemment M. Kushner lors d’un événement organisé par la Fondation Clinton. “Nous utilisons la technologie et le design pour rendre les soins de santé simples, intuitifs et humains.” C’est ce que comprend également cet homme d’affaires, issu d’un clan immobilier new-yorkais et qui a commencé sa carrière chez Goldman Sachs, en collectant des données et en récompensant les clients pour leur bonne santé.

Oscar envoie à ses assurés des montres intelligentes et paie des primes lorsqu’ils atteignent certains objectifs de forme physique. Ceux qui réussissent le programme reçoivent chaque jour une récompense en dollars. Une fois les 20 dollars atteints, il existe un bon Amazon. “Tout le monde marche à New York, nos membres sont payés”, dit l’annonce. Le revenu maximum est limité à 20 dollars par mois et 240 dollars par an. Pour l’instant, Oscar n’est disponible qu’à New York et dans le New Jersey. Mais le moment est venu pour le concept de prendre de l’ampleur.

Le suivi des données est en plein essor. Avec des articles vestimentaires comme la très attendue Apple Watch, vous pouvez littéralement suivre votre forme physique et votre nutrition en fonction du kilométrage, de la consommation de calories et d’autres données à chaque instant. Cela pourrait offrir un potentiel énorme pour le secteur des soins de santé. “Pour y parvenir, cependant, les vêtements doivent évoluer d’outils de mise en forme pour les personnes en bonne santé à des outils fiables pour les plus malades d’entre nous”, déclare l’expert Harry Greenspun du cabinet de conseil Deloitte.

Une enquête menée par PricewaterhouseCoopers a révélé que peu de consommateurs américains sont prêts à partager leurs données de santé par souci de protection de leur vie privée. “Il sera crucial de répondre à ces préoccupations”, déclare Vaughn Kauffman de PwC Health Industries. Et en Allemagne ? Depuis quelque temps, les compagnies d’assurance maladie proposent des “primes actives” pour encourager la forme physique. Mais jusqu’à présent, cela s’est fait de manière traditionnelle avec un chéquier et des points de collecte.

Il est douteux que le partage volontaire de données avec les assurances s’établisse ici dans un avenir prévisible. La suspicion à l’égard de Big Data est traditionnellement grande en Allemagne. “Où cela peut-il encore mener si la compagnie d’assurance est autorisée à accéder automatiquement à mon corps”, a récemment demandé le chroniqueur en ligne de Time, Gero von Randow, après avoir réfléchi à son bracelet de fitness. “De plus, où les données pourraient-elles se retrouver ? Qui pourrait les utiliser à des fins déloyales ?