Le Parlement européen aura son mot à dire sur les nouvelles règles de crédit pour les banques

Le Parlement européen fait référence à ses droits de co-législateur vis-à-vis de la BCE et souhaite être impliqué dans la décision sur les nouvelles règles de crédit pour les banques lorsqu’il s’agit de prêts présentant un risque de défaillance.

Dans la Bankenbrief, l’Association des banques allemandes fournit des informations quotidiennes sur les actualités et les événements du monde de la finance et de la banque.

Aujourd’hui, le sujet suivant est au centre de l’attention :

Les règles de crédit de la BCE : Tajani veut que le Parlement européen ait son mot à dire

Le Président du Parlement européen, Antonio Tajani, a demandé dans une lettre publiée aujourd’hui que les députés européens soient impliqués dans la décision sur les nouvelles règles de crédit pour les banques. “Vous êtes invité à prendre toutes les mesures nécessaires pour que les prérogatives du Parlement en tant que colégislateur soient correctement respectées”, a déclaré la lettre à son compatriote Mario Draghi, directeur de la Banque centrale européenne (BCE).

La semaine dernière, les superviseurs bancaires de la BCE ont présenté un projet de nouvelles règles pour le traitement des prêts non performants (NPL). Selon les nouvelles règles, les banques devront constituer des provisions pour couvrir 100 % des nouvelles créances non garanties après deux ans. Les critiques à ce sujet venaient principalement d’Italie. Les institutions financières de la zone euro détiennent environ 30 % du portefeuille total de prêts à problèmes de la zone euro.

Le ministre italien des finances, Pier Carlo Padoan, avait déjà exprimé des doutes sur l’approche de la BCE. Selon un initié, la banque centrale italienne espère que les nouvelles règles seront encore assouplies. Le soutien aux plans de Daghi, cependant, est venu de Wolfgang Schäuble. “Seule la BCE pourrait être soutenue dans cette position”, a-t-il déclaré aujourd’hui à Luxembourg.

Une “grande majorité” de ses collègues européens avait, également, soutenu le patron de la BCE sur ce point. Une audition de la BCE aura lieu à la fin du mois de novembre. Les consultations doivent durer jusqu’au 8 décembre de cette année.

Autres nouvelles du jour

C’était également important aujourd’hui :

Insiders : compromis en vue sur les exigences de fonds propres pour les banques

Il pourrait y avoir un compromis entre les États-Unis et l’Europe dans le différend sur les exigences mondiales de fonds propres pour les banques. La réglementation controversée sur la façon dont les institutions financières peuvent calculer les risques dans leurs bilans à l’aide de modèles internes pourrait bien se trouver au milieu, ont déclaré plusieurs initiés des autorités de surveillance et des institutions financières. Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire doit approuver l’accord. Les principaux régulateurs seront sur place à Washington au cours des prochains jours à l’occasion de la réunion annuelle du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

L’Allemagne veut un rôle plus important pour la GEM

Le pouvoir du mécanisme de sauvetage de l’euro (MSE) doit être étendu aux dépens de la Commission européenne, et le MSE doit être transformé en Fonds monétaire européen. Selon un rapport des médias publié aujourd’hui, il s’agit du résultat d’un document de travail non officiel du ministère fédéral des finances. Le document, qui a été commandé par Wolfgang Schäuble, indique entre autres “Pour que le MES devienne le Fonds monétaire européen, il doit consacrer davantage de ressources à la prévention des crises”.

La Russie prend des mesures contre Bitcoin

La banque centrale russe veut restreindre l’accès à la monnaie numérique Bitcoin. Les sites Internet qui proposent des crypto-monnaies comme Bitcoin seront bloqués à l’avenir, a déclaré aujourd’hui le directeur adjoint de la banque centrale Sergei Schwezow.

Rapports des différents établissements bancaires

Les rapports suivants ont été publiés aujourd’hui sur des banques et des institutions financières individuelles :

Ce qui devient le plus important

Parmi les questions figurant à l’ordre du jour financier, on peut citer les suivantes

Lors de la réunion annuelle conjointe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, le FMI présente son “Rapport sur la stabilité financière mondiale”. Les ministres des finances des pays du G20 s’y réunissent, également.

À Berlin, le président de l’Ifo, Clemens Fuest, présente le point de vue de son institut de recherche sur la nécessité d’une réforme de la politique économique et financière, au cours de la nouvelle période législative.