Marketing et souhaits des patients – Pourquoi les compagnies d’assurance maladie payent pour l’homéopathie ?

L’homéopathie fait partie de la médecine alternative. Les médecins homéopathes peuvent prendre des mesures préventives ou infirmières. Pour cela, il utilise de très faibles concentrations de substances actives végétales, minérales ou animales. Il est possible de traiter l’insomnie, le stress, les maux de gorge ou la boulimie par l’homéopathie. La question du maintien du remboursement par l’Assurance Maladie est régulièrement posée. de nombreuses compagnies d’assurance maladie légales couvrent au moins partiellement les coûts des traitements homéopathiques. Pourquoi ?

L’homéopathie ne fait pas partie des soins habituels

Dans une enquête menée par le Health Monitor en 2012, 17 % des participants ont déclaré avoir utilisé des médicaments homéopathiques. Des millions de patients attribuent un effet aux traitements et médicaments homéopathiques. Le législateur a expressément ouvert la porte à des méthodes de traitement alternatives dans le cadre d’un service volontaire. L’homéopathie ne fait pas partie des soins habituels.

Plus de 60 caisses d’assurance maladie ont conclu des contrats sélectifs avec la société de gestion de l’Association centrale des médecins homéopathes, de sorte qu’en règle générale, une première consultation et le traitement homéopathique suivant peuvent être facturés. Pour les médicaments, il y a généralement un plafond.

Sur demande, le DAK-Gesundheit déclare qu’il “contribue aux coûts des médicaments homéopathiques en vente libre avec une subvention dans le cadre du compte de la santé”. La subvention est limitée à 100 euros par année civile. La compagnie d’assurance maladie a admis que l’effet de l’homéopathie n’a pas été “scientifiquement prouvé au-delà de tout doute”. “Néanmoins, de plus en plus d’assurés ont recours à un traitement homéopathique. Cela est particulièrement vrai lorsque les méthodes des médecins contractuels ont déjà été épuisées. La DAK-Gesundheit aimerait donc également soutenir les patients qui cherchent de l’aide dans ce domaine”, a déclaré la compagnie d’assurance maladie. Les patients peuvent être traités par un médecin contractuel agréé, avec des qualifications supplémentaires appropriées. Les services fournis par les praticiens de médecine douce ne seraient pas remboursés. Cela s’applique également à toutes les autres compagnies d’assurance maladie.

Les médecins orthodoxes ayant une formation complémentaire peuvent effectuer

Barmer explique qu’elle ne participera pas au “débat sur les preuves scientifiques des services et médicaments homéopathiques”. La compagnie d’assurance maladie couvre les services homéopathiques tels que la première anamnèse homéopathique et les suivantes, les analyses et les consultations. La condition préalable est que le service soit fourni par un médecin conventionnel ayant une formation complémentaire en homéopathie.

“Ainsi, nous assurons le plus haut niveau de qualité dans le cadre de notre contrat d’homéopathie. Comme le médecin traitant doit avoir une vue aussi complète que possible de l’état actuel des connaissances médicales, M. Barmer n’assumera pas la responsabilité du traitement d’un homéopathe sans formation médicale classique”, a annoncé un porte-parole de presse. “Barmer ne paie pas non plus les coûts des remèdes homéopathiques tels que les globules, en dehors des exceptions légalement réglementées pour les enfants et les adolescents. Il n’y a pas de limitation générale des coûts de traitement.

” La compagnie d’assurance précise qu’elle ne veut pas s’immiscer dans la décision de l’assuré de choisir l’homéopathie ou une autre méthode de traitement. Un médecin peut facturer ses services s’il possède une formation homéopathique complémentaire et un diplôme de l’Association centrale allemande des médecins homéopathes ou un diplôme similaire”, explique M. Barmer.

Les assurés demandent une médecine complémentaire

La Techniker Krankenkasse (TK) souligne “que les assurés souhaitent disposer d’offres médicales dites complémentaires pour compléter la médecine conventionnelle” et que le législateur a expressément accordé aux établissements de thérapie spéciale une place dans le système d’assurance maladie obligatoire par le biais du  2 du livre V du Code social. Seuls les médecins accrédités SHI pouvaient prescrire des services homéopathiques. La première anamnèse et les suivantes, l’analyse homéopathique et la recherche de médicaments appropriés sur une période de 24 mois sont couvertes. “Les 24 mois sont suivis d’une année de repos. Vous avez à nouveau droit aux services homéopathiques après la fin de l’année de repos”, explique un porte-parole.

Et plus loin : “En outre, la TK rembourse les frais de médicaments homéopathiques dans le cadre d’un règlement statutaire à concurrence d’un montant maximum de 100 euros par assuré et par an. En revanche, les enfants jusqu’à 12 ans ou les enfants souffrant de troubles du développement jusqu’à 18 ans ont un droit légal à leur égard”. Pour l’homéopathie, la TK dépense “moins d’un pour mille” de la dépense totale. Pour justifier l’hypothèse de traitements homéopathiques, la CT déclare que cela signifierait qu’un plus grand nombre de membres seraient maintenus dans l’assurance maladie légale et ne passeraient pas à une assurance privée. “Nous rendons ainsi l’assurance obligatoire moins chère pour tous et non plus chère”, souligne le porte-parole.

Les assurés de l’IKK classic bénéficient également d’un traitement homéopathique sous forme de prestation de médecins contractuels, qui doivent être des médecins orthodoxes ayant une formation complémentaire reconnue en homéopathie. Nous prenons en charge les frais de médicaments homéopathiques pour les personnes âgées assurées dans le cadre de notre “compte santé individuel” à concurrence de 50 euros par an”, explique une porte-parole. Elle fait référence à l’aspect marketing et au fait qu’une compagnie d’assurance maladie pourrait éventuellement perdre des patients sans la couverture des coûts de l’homéopathie. “Comme de nombreuses personnes souhaitent bénéficier de services homéopathiques et que les compagnies d’assurance maladie sont en concurrence les unes avec les autres, également selon la volonté du législateur, elles sont obligées de fournir une offre appropriée afin de ne pas subir de désavantages concurrentiels”, indique la réponse à l’enquête esanum.